Un peu d’histoire… d’Auxigniacum … à Auxigny

Saint-Martin a séduit bien des voyageurs et des historiens…

L’ancien Auxigniacum, Auxigny, aurait été l’une des stations où se serait arrêté le corps de Saint Martin. Partie du domaine royal, la localité vit, vers 1150, Louis VII construire le château de la Salle-le-Roi qui dominait le site de l’étang actuel. Renforcé par Philippe-Auguste et Louis XI, il devient une résidence de chasse pour les rois de France jusqu’à ce qu’il soit détruit en octobre 1589 pendant les guerres de religion.

Le secteur, situé dans un endroit alors fortement boisé d’où son nom « la Forêt », fut défriché par des archers écossais venus en France, au milieu du XVème siècle, aider le roi à bouter les Anglais hors de France.

Deux légendes à l’origine des habitants de Saint Martin d’Auxigny et des vergers.

L’une relate que Jean-Stuart après avoir mérité la haute estime auprès du roi Charles VII fit venir une colonie d’archers Ecossais et leur aurait donné quelques terres de la forêt de Haute-Brune . Ceux-ci auraient exploité les vergers et développé le commerce des pommes, dont la pomme Cravert, qui aurait été découverte dans un bois d’Allogny, en 1870.

Les habitants de ce pays appelé la Forêt ont conservé bien des signes distinctifs de leur origine primitive. Il y en a dont les noms sont encore écossais, tels que les Villaudy, les Jovi autrefois Villaudis, Jowis ou Mabilat primitivement Mac’bilat…

L’autre considère qu’en l’an 400 environ, l’évêque Saint Martin, perdu dans la forêt de Haute-Brune , aperçut à travers les arbres la lueur d’un grand feu. Autour du foyer, des hommes, des femmes et des enfants rangés en cercle. S’étant approché, les habitants lui offrent des fruits sauvages, leur seule richesse. Au petit matin, il mit le feu aux bruyères et aux buissons, laissant subsister les arbres fruitiers qui furent désormais chargés de fruits abondants et exquis.

L’hypothèse écossaise tient la corde. Edouard André célèbre paysagiste du 19ème siècle a détaillé la formidable expansion du verger dit “Forêtin”

Une cité de vergers

Depuis, les arbres fruitiers ont remplacé les chênes. Les champs sont couverts d’arbres à fruits à perte de vue sur tout le territoire, une cité de vergers plantés à la manière Normande.

Le pommier est un arbre peu exigeant, il se satisfait de presque tous les sols. Il préfère toutefois les terres consistantes profondes, riches et bien drainées ainsi qu’une exposition ensoleillée. La nature argileuse ou silico-argileuse de la forte couche de terre arable reposant sur le calcaire est propice à sa culture.

Situés en périphérie proche du centre bourg et des zones forestières telles que la forêt domaniale d’Allogny, les vergers ont l’avantage d’être abrités des vents du Nord par le massif boisé d’Allogny et de Saint-Palais.

Aucune partie de la Normandie, même la plus plantée, ne saurait entrer en comparaison avec ce fécond petit coin de terre.

Venez découvrir le verger Forêtin et ses légendes !


La commune

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte